Francis CHA

 

DPP_03563

 

Biographie :

Contribuable, automobiliste, chanteur, retraité, auteur, époux, compositeur, figurant, professeur d’économie, exempté, écrivailleur, acteur, conférencier, grand-père, marcheur, journaliste, touriste, animateur de radio, spectateur, lecteur, choriste, électeur…..  Francis Cha fait montre de multiples talents. Et, ce qui ne gâche rien, il sait mettre une dose d’humour dans tout ce qu’il entreprend.

Il a contribué à la mise en scène des péripéties du "kayak postal" avec Jean Capdevielle, en 2007.

 

Bibliographie :

Recueil de textes et de chansons intitulé « Griffes de velours et poil à gratter », aux éditions Osolasba (2012)

Différents textes dont un pastiche écrit dans la revue « Vent d’Oc » sur le maire de Lourdios-Ichère :

Il  était fort grand, allant plutôt vers la maigreur.  Il portait un grand nez et une forte moustache. Son éloquence était haute et fleurie mais le plus souvent vers le vague et l’indéterminé. Il cachait son ambition et son habileté sous  un aspect  de convivialité et  de manifestations ostentatoires d’amitié  à tous les électeurs qu’il rencontrait. Vassal parfois turbulent du Comte de Pau, les micros et les caméras  de la capitale se tournèrent  vers lui à diverses occasions.  Son côté d’authentique berger, de rude montagnard, de troisième ligne de rugby, ne pouvait que fasciner  la médiacratie parisienne.

Il se battit héroïquement, avec toute la noblesse politique locale, contre les hordes de chevelus, venus pour certains de la Germanie,  pour  appuyer la construction du tunnel du Somport dont l’ouverture, par la magie du désenclavement  allait apporter la prospérité en Vallée d’Aspe.

Il mit en danger sa santé et même sa vie par une grève de la faim pour empêcher le déplacement (appelé pour l’occasion  « délocalisation » )   de soixante  kms  d’une usine classée en zone Seveso 2 et sauver des emplois en vallée d’Aspe. Un responsable de l’entreprise japonaise commenta sobrement cette action en citant Confucius : « Il ne suffit pas d’être brave ; il faut avoir un peu  de jugeote » 

Chargé par l’état de faciliter la réintroduction de l’ours avec l’accord des populations locales, il fit en sorte de  n’en réintroduire aucun.

Lorsque le « Se canti » s’éleva dans les travées de l’Assemblée Nationale, hémicycle sacré de la République,  devant un Sarkozy pour une fois désarçonné, cela fit beaucoup plus pour sa légende que pour l’efficacité puisque la réouverture de la gendarmerie d’Urdos qu’il demandait, ne fut jamais réalisée. 

Sa prestation  sur  la « toile »  relative à  son premier enterrement  en tant que maire et  la présentation de son  stage  pour récupérer les points du  permis de conduire lui permirent d’obtenir  beaucoup de « I like ». Sa marche à la rencontre du bon peuple de France ajouta à sa légende.

Ainsi, comme les évangélistes du temps passé, il exerça  surtout un ministère de la parole.

 

 

Francis sera présent sur le stand des Editions OSOLASBA.

 

Il viendra nous évoquer avec humour quelques aspects de la vie contemporaine en Haut-Béarn.

 

 

 

Plus d'infos sur :

 

 facebook web

 

 

 

https://www.facebook.com/